Traversée des USA

le 6 novembre 2016 dans Non classé

23 octobre 2016. Après avoir traversé le Canada avec Holger un Allemand rencontré à Whitehorse, nos chemins se sont séparés à la frontière avec les Etats-Unis, après avoir cru qu’on ne pourrait pas avoir de nouveaux visas.

En effet, en ce qui me concerne, mon premier tampon US courait jusqu’au 11 décembre, ce qui théoriquement me laissait le temps d’attendre la frontière mexicaine (la preuve en est aujourd’hui 9 décembre, je suis arrivée il y a deux jours à Los Angeles, plus que deux jours de vélo avant la frontière). Mais à l’époque je n’étais pas à 100% sûre de mes plans pour la suite, donc dans le doute je leur ai demandé un nouveau tampon, ce qui aux yeux du douanier paraissait bizarre. Après un long moment, celui-ci nous a expliqué que le problème était que si je restais plus de 6 mois aux USA dans une période d’un an, cela voulait dire que je vis ici, ce qui ferait de moi une immigrante illégale!!! bref au final, il nous a juste informés, on a payé 6 dollars et obtenu un nouveau tampon. J’ai alors poursuivi seule ma route sur la 97. La température aux US m’a tout de suite paru plus clémente, fini les gelées matinales, je suis passée de -7°C à +7, une énorme différence…

Les 3 premières nuits j’ai été spontanément invitée, cela faisait longtemps. Ensuite, j’ai enchaîné les Cousurfing et les WarmShower. La pluie a commencé à être de la partie, une blague, dans l’Est de l’état de Washington où il n’est pas supposé pleuvoir.

Puis j’ai longé la Columbian River et rejoint Portland, une petite ville amie des cyclistes, très agréable. Je n’y suis restée que 3 ou 4 jours je ne sais plus, mais au final cela n’était pas assez. J’y ai revu Holger qui arrivait au moment où je repartais. Deux jours après, j’arrivais sur la côte pacifique. J’étais très impressionnée par la puissance des vagues, cela en était effrayant, le ciel nuageux n’apaisait en rien mon sentiment.

En ce qui concerne la côte en Oregon je ne peux pas vraiment dire que j’en ai profité, pluie et grisaille mon accompagnée presque tout du long. En chemin j’ai retrouvé Holger qui m’a rejointe chez l’un de mes hôte CS, un couple extra. Nous avons roulé quelques jours ensemble, nous sommes pris une belle journée de pluie où nous étions trempés après juste 30 minutes, ce qui m’a valu un petit rhume pour les jours suivants, mais dans l’ensemble je m’en suis bien sortie encore une fois avec la pluie et j’ai réussi à l’éviter la majorité du temps. 

Arrivée en Californie, nous avons roulé sous les fameux Redwood, ces gros arbres où une voiture peut passer à travers le tronc. Juste après la route des géants, j’ai quitté Holger pour rejoindre Barry le capitaine de Mia, voilier que j’ai emprunté pour la traversée du Pacifique. Et là les problèmes avec le vélo ont commencé. Tout d’abord, j’ai twisté un maillon de la chaine, n’ayant rien pour réparer et Holger n’étant pas avec moi, je commençais à pousser le vélo pour rejoindre un village lorsque Holger est arrivé, étant bien équipé il avait des maillons de rechange et a pu réparer ma chaine. Nous avions ce jour-là une belle montée de plusieurs miles à faire avant de rejoindre la côte, ça a tenu jusque là, mais au moment de quitter Holger encore une fois je brise la chaine, Holger la répare et je me dépêche de rejoindre Barry avant la nuit. Seulement à 1km du village je la re-casse et là plus moyen de réparer. Je pousse le vélo jusqu’au village et appelle les amis de Barry pour qu’on vienne me chercher. Le lendemain, Barry qui était en voiture, me conduit chez un loueur de canoë et vélo, le seul ouvert le dimanche et celui-ci va tout me changer, en un temps record, pour que je puisse reprendre la route et rejoindre mon hôte avant la nuit. Barry devant retourner au bateau à quai juste avant San Francisco, où je le rejoindrai quelques jours plus tard pour fêter Thanksgiving avec ses amis.

Je retraverse donc les montagnes pour aller à Santa Rosa, où j’ai encore rencontré des gens super…

Ensuite, j’ai atteint San Francisco à bord de MIA, ça faisait longtemps, puis j’ai roulé le long de la côte, rencontré un Père Noël, ange gardien des cyclistes, rencontré Samuel, un jeune Français à vélo qui va en Uruguay, avec qui j’ai roulé quelquefois et maintenant me voilà au niveau de Los Angeles, le long de la côte chez un ami où je vais rester une semaine avant d’aller au Mexique. La traversée des États-Unis aura été rapide, un peu trop à mon goût, mais tout cela dans le but de pouvoir revenir cet été en Alaska. Suite au prochain épisode.

Ajouter un commentaire

Top